Société Hippique d'Uzes |  Etude d’impact 2013

Etude d’impact 2013

L’étude d’impact visant à évaluer les retombées économiques, sociales et environnementales des Finales nationales d’endurance Jeunes Chevaux 2013 s’est bien déroulée. Pour un budget d’organisation de 167 500 €, l’événement engendre des retombées économiques totales de 300 000 € sur le territoire de la communauté de communes Pays d’Uzès et de 485 200 € sur la région Languedoc-Roussillon. Ces chiffres ont été obtenus grâce à l’étude des recettes et des dépenses effectuées pour l’organisation de l’événement, mais également en prenant en compte les dépenses des différents publics présents lors de la manifestation. Ces chiffres ne prennent pas en compte les transactions monétaires dues aux ventes de chevaux pendant la manifestation.

 

La rentabilité sociale de l’événement s’élève à 141 600 €. Celle-ci représente la valeur que les spectateurs accordent à la manifestation, c’est à dire la somme monétaire qu’ils seraient prêt à payer pour y assister ; ainsi que la valeur accordée à l’événement par la population de la ville d’Uzès, c’est à dire l’argent qu’ils seraient prêts à investir pour garder la compétition sur le territoire d’Uzès.

 

En termes d’impact environnemental, les quatre jours de compétition ont engendré une consommation électrique de 2800 kWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation d’un ménage de deux personnes pendant un an. La consommation d’eau s’élève quant à elle à 162 m3, soit 250 L par cheval participant à la course. 674 000 km ont été parcourus au total par l’ensemble des visiteurs pour se rendre sur le site du Haras national et lors de l’assistance des courses. Près de 2000 repas ont été consommés auprès des restaurateurs du Pays d’Uzès. La consommation de 17 tonnes de paille ont engendrées la production 21 tonnes de fumier sur le site du Haras. La consommation de papier s’élève quant à elle à 177 kg. Certaines actions mises en place par le Haras national d’Uzès (installation d’un brumisateur sur l’aire de grooming, mise à disposition de toilettes sèches et de gobelets écologiques réutilisables…) permettent de réduire cet impact environnemental et de sensibiliser les visiteurs au développement durable.

 

Le résumé des résultats de cette étude est disponible en ligne à l’adresse : http://www.haras-nationaux.fr/information/statistiques-et-donnees/publications/references-en-territoires.html

 

Pour plus d’informations, contacter Céline Vial : vialc@supagro.inra.fr